La Paix intérieure,

ou comment reprendre souffle pour mieux lutter

< Le ciel dure, la terre persiste

Qu'est-ce donc qui les fait penser et durer?

Ils ne vivent point pour eux-mêmes

Voilà ce qui les fait durer et persister

Le Sage met son corps derrière

On le place devant

Il n'a pas souci de son corps

Par là même son corps se maintient

N'est-ce pas qu'il est sans moi propre?

Par là même son moi s'accomplit > (Lao-Tseu)

 

En ces temps de guerres et d'épuisements psychiques, je cherche la Paix.

Je ne peux la trouver qu'en moi-même. Je m'allonge, écoute de la musique et ferme les yeux.

Penser me pèse et m'angoisse.

Ce n'est pas que je me concentre, j'essaie d'oublier toute pensée.

Ce n'est pas que je médite, je laisse mon esprit vagabonder, je rêve éveillé.

Je laisse l'extérieur m'envahir.

Progressivement, le Vide m'atteint. Je m'aperçois de mon absence d'être.

Je conçois le Vide comme une pure intensité, exprimant de toutes les forces.

Mon existence singulière provient de mon non-être. Qu'y a-t-il derrière le Vide? Rien que le Vide. Il est à lui-même sa propre cause.

Nous ne sommes plus à l'époque de Lao-Tseu : le non-agir est un non-sens. Mais le non-être reprend toute sa puissance.

Je me sens me rapprocher de la Paix. Mon corps pénètre dans ma pensée qui elle-même s'évanouit.

C'est alors qu'on atteint à la vraie pensée, créatrice.

Une existence sans être qui coule, insaisissable. La musique apaise mes tensions. Je la laisse me porter.

Le désir de Paix, j'ai tendance à le porter à l'absolu. Il est d'une redoutable exigence. Parfois je dois lui consacrer plusieurs heures par jour.

C'est devenu une condition de survie.

Eviter de se fuir soi-même, mais aller en-deça de soi.

Jésus, philosophe, a eu l'intuition de la vraie fraternité humaine, de l'amour du prochain. Il a eu la grande intuition de la Paix, mais il a posé la première pierre d'une machine de guerre nommée "Eglise".

Il n'existe ni origine, ni mal, ni péché, ni sacrifice, ni sauveur, ni besoin de doctrine. Dans le Vide, le non-être se condense, nos existences y plantent leurs racines.

Je recherche la Paix pour mieux lutter. La non-lutte et son aspiration soutiennent la lutte.

Je cherche la modestie pour mieux exister. Je cherche l'invisibilité pour mieux lutter. Et je cherche la paix pour vivre avec plus d'intensité.

< Bien que trente rayons convergent au moyeu

C'est le vide médian,

Qui fait marcher le char

L'argile est employée à façonner des vases

Mais c'est du vide interne

Que dépend leur usage

Il n'est chambre où ne soient percées porte et fenêtre

Car c'est le vide encore

Qui permet l'habitat

L'être a des aptitudes

Que le non-être emploie > (Lao-Tseu)

 

Alors je laisse la Paix m'envahir au moment où j'ai cessé de la chercher.

Si la situation mondiale continue de se détériorer, si les problèmes écologiques s'aggravent, si la misère continue de se développer, si l'intensification du travail et la corruption mentale continuent de s'étendre dans les entreprises, nous avons besoin d'être forts de la Paix qui est en nous, le corps droit, pour mieux lutter. Car nous sommes au risque de gravement nous affaiblir, de perdre équilibre et sommeil, de tomber dans les affres du ressentiment et des haines.

< Retour le mouvement de la Voie

Faiblesse sa coutume

Toutes choses sous le ciel naissent de ce qui est

Ce qui est de ce qui n'est pas > (Lao-Tseu)

< Le Sage se garde d'amasser

Plus il vit pour les autres et plus il s'enrichit

Plus il dispense aux autres, plus il est comblé

La Voie du Ciel : gratifier sans nuire

La Voie du Sage : oeuvrer sans batailler > (Lao-Tseu)

Merci à l'auteur du Tao-tê-king (450 avant Jésus-Christ environ).

Il y a ainsi des livres que l'on lit et relit, et qui nous nourrissent de Paix. Je laisse leur souvenir me bercer pendant que joue la musique. Oeuvrer sans batailler, lutter sans faire la guerre.

Où êtes-vous jeunes générations? Je souris à y penser. Mes yeux s'ouvrent. Il est temps de revenir dans le plein du Monde.

Ma cheville recommence à me faire mal. Il est temps de me lever, de marcher, l'âme en paix, selon cette magnifique expression populaire.

Nous verrons bien demain, quand les guerres et les mesquineries reviendront.

6 avril 2002

 

index page25 page27